12.20.2014

[sans titre II]

J'ai glissé sur toi
Sur tes yeux
Sur tes tempes
Sur l'abondance de sens
Jusqu'à basculer derrière tes pupilles
Jusqu'à ensevelir ce semblant de vide
Qui
M'enlace
M'embrasse
Me subjugue et me noie

11.30.2014

Mutisme

Il y a cette porte et un étrange corridor
Où mes pas se hasardent un instant
Un silence morbide où je m’enfonce
Tandis que j’observe tous les angles
De cette impasse, ses murs décrépis,
Sa lumière sinistre alors que je tends
Mon visage blafard dans un miroir.

Il y a cet immense tableau devant
Lequel parfois je m’arrête songeuse
Un cauchemar frôlant mes tempes
Médusées par cette suite de malheurs
S’abattant imperturbablement sur toi
Sur ta nuque désormais si chétive puisque
Le vent s’y est longuement acharné.

Il y a ce rouge fulgurant qui détonne
Contre ce vert cramoisi qui se perd
Un profond bleu qui se déchaîne
Tandis qu’à travers l’horizon se défile
Un gris mélancolique et maussade
S’empêtrant malgré toi sur tes paumes
Afin d’y laisser sa présence à jamais.

Il y a cette solitude amère qui te ronge
Et un âpre sentiment de colère contenue
Qui te consume sans rejaillir en surface
Ni éclabousser la candeur de ton teint
Tandis qu’entre tes lèvres, tu savoures
Le mince filet de sang provenant de
Cette morsure que tu t’es infligée.

Il y a un sourire qui s’effondre au profit
D’un sombre rictus s’adressant au jour
Qui éclot par le carreau de ta fenêtre
Et qui s’avance jusqu’à ton visage défait
Puis cette ombre particulière s’élevant
Derrière toi de son voile grave et écarlate
Afin d’étrangler la mutité qui t’enlace.

11.05.2014

Bouillie noire

J'ai tendance à écouter certaines chansons en boucle. Des chansons qui m'enveloppent et dont je m'imprègne. Ça m'aide à me concentrer. Apparemment, j'applique la même tendance au fil de ma vie. Ressasser incessamment des événements bien précis me rend parfois extrêmement lucide. En les analysant encore et encore, tout semble devenir clair jusqu'à ce que le puzzle s'écroule et redevienne une immense bouillie noire. Mes pensées, c'est ça, c'est de la grosse bouillie noire et épaisse où personne n'a envie de mettre les pieds. Pas même moi. Ça éclabousse et ça s'incruste. Même en frottant très fort, ça ne part pas.